Stéroïdes Injectables

Un protocole et une procédure d’injection corrects sont extrêmement importants pour la connaissance anatomique correcte du lieu d’injection, du mode d’injection et des pratiques appropriées en matière de stérilité. Ce qui doit être discuté et clarifié en premier lieu, ce sont les divers mythes, rumeurs et vérités concernant le sujet des injections de stéroïdes. Il existe divers mythes concernant les injections de stéroïdes tant dans la population générale que parmi la communauté des stéroïdes anabolisants. Cet article commencera par les mythes les plus répandus parmi la population en général et travaillera à l’application des mythes parmi la communauté utilisant des stéroïdes anabolisants. Lire la suite...

Mythe: Les injections de stéroïdes sont administrées par voie intraveineuse (dans le bras).

Vérité: Faux. Ceci est un mythe très répandu parmi la population en général qui n’est pas éduqué en ce qui concerne l’utilisation des stéroïdes anabolisants. Les stéroïdes anabolisants sont, pour la plupart, des solutions à base d’huile (l’hormone est en suspension dans l’huile) ou des préparations à base d’eau contenant des microcristaux contenant des stéroïdes (tels que la suspension injectable de Winstrol ou de testostérone). Si l’une de ces solutions était injectée par voie intraveineuse directement dans une artère ou une veine, elle provoquerait une embolie pulmonaire, appelée spécifiquement embole pulmonaire à l’huile. En fonction de la quantité d’huile injectée, cela peut entraîner un infarctus du myocarde (crise cardiaque). Les stéroïdes anabolisants sont conçus pour être injectés par voie intramusculaire (IM), dans le tissu musculaire, et non par voie intraveineuse.

Mythe: Si vous vous injectez la plus petite quantité d’air, vous mourrez.

Vérité: Faux. Ceci est un mythe répandu dans la population en général ainsi que parmi la communauté utilisant des stéroïdes anabolisants (bien qu’à un degré moindre). Ce mythe tire son origine de films de fiction dans lesquels un individu se voit injecter des bulles d’air, qui se rendent au cerveau et provoquent un anévrisme qui tue le sujet. C’est un mythe qui découle de la fiction au point que l’on pourrait dire que quiconque exprime son inquiétude à ce sujet est «quelqu’un qui regarde trop de films». La vérité est que les bulles d’air dans une injection ne seront un problème que si elles sont injectées par voie intraveineuse, et même dans de tels cas, l’exigence d’un anévrisme grave est de plusieurs CC ou mL d’air. Bien que cela ne soit pas courant et qu’il soit courant dans la pratique médicale, de nombreux utilisateurs de stéroïdes anabolisants laissent une petite quantité d’air au fond de la seringue (entre le piston et l’huile) afin d’évacuer la dernière quantité de solution afin d’éviter toute il reste une quantité qui ne peut être extraite de la seringue et gaspillée. Dans de tels cas, beaucoup ont injecté des quantités variables d’air dans le tissu musculaire du site d’injection sans aucun problème.

Mythe: Les stéroïdes anabolisants provoqueront une croissance musculaire au site d’injection spécifique.

Vérité: Faux. Les injections de stéroïdes ne fournissent en aucun cas une croissance localisée spécifique à un site, à l’exception peut-être de la suspension de testostérone. Presque tous les stéroïdes anabolisants injectables sont estérifiés, ce qui signifie qu’il existe un acide carboxylique de longueur variable chimiquement lié au stéroïde anabolisant au niveau du groupe hydroxyle 17-bêta. Ceci est connu sous le nom d’estérification (ou liaison ester) et l’ester sert à prolonger la vitesse de libération et la demi-vie de l’hormone dans le corps. Cela se produit par le biais d’enzymes décomposant l’ester lié au stéroïde anabolisant. Cela se produit principalement dans le foie, mais également dans le sang. Le corps doit d’abord casser l’ester avant que l’hormone de stéroïde anabolisant puisse être libre dans le corps pour faire son travail. Au moment où cela se produit, le stéroïde anabolisant a quitté le site d’injection et circule de manière systémique dans le corps. Il en résulte que tous les stéroïdes anabolisants fonctionnent de manière systémique en fonction des besoins de l’organisme et non pas localement. La suspension de testostérone est une forme de testostérone non estérifiée. Les allégations de croissance spécifique au site d’injection pour ces raisons ne doivent pas être prises au sérieux.

Mythe: Si vous injectez des stéroïdes anabolisants par voie sous-cutanée ou si vous n’allez pas assez loin dans le tissu musculaire, vous aurez un abcès.

Vérité: Faux. Les stéroïdes anabolisants peuvent en effet être injectés par voie sous-cutanée, bien qu’ils soient principalement conçus pour une injection intramusculaire. Les injections de stéroïdes qui utilisent du tissu adipeux sous-cutané comme emplacement du dépôt ne modifieront que la vitesse de libération du site. Malgré cela, il n’a pas été démontré de grande différence entre les injections intramusculaires et les injections intramusculaires. Les personnes qui souhaitent administrer des injections de stéroïdes par voie sous-cutanée doivent veiller à en utiliser de plus petites quantités, car le tissu sous-cutané ne peut contenir autant de volume d’huile injecté sans gêne que les injections intramusculaires. Les détails concernant l’efficacité des injections sous-cutanées seront abordés sous peu. En ce qui concerne les allégations relatives aux abcès, les abcès ne se produisent que si le site d’injection est infecté.

Considérations préliminaires et préparation :

Il existe de nombreuses considérations à connaître avant d’administrer des injections de stéroïdes. Cela inclut les connaissances appropriées, les fournitures préparatoires appropriées, la stérilité appropriée et l’environnement approprié. Une préparation inadéquate ou l’ignorance des procédures et techniques appropriées peut entraîner des conséquences fatales, notamment: inflammation, abcès bactériens et infections, développement de tissu cicatriciel, choc septique, dommages musculaires, neurologiques et autres lésions. Une stérilité inappropriée, telle que la réutilisation d’aiguilles, le partage d’aiguilles et la stérilisation d’aiguilles par exposition à la flamme ou par essorage des épingles avec de l’alcool (ceci ne devrait JAMAIS être fait) introduira des risques accrus de transmission du virus. maladies infectieuses graves transmises par le sang, telles que le VIH / sida et l’hépatite. Une élimination appropriée est également impérative afin de limiter les risques de blessure, d’infection et de préjudice pour les autres.

Il est de la plus haute importance que toutes les procédures appropriées soient suivies et que la sécurité soit une préoccupation primordiale pour l’individu pratiquant les injections de stéroïdes. Les points suivants de considération devraient être suivis à tout moment:

– Assurez-vous de disposer de tout le matériel nécessaire (seringues, épingles, tampons imbibés d’alcool, etc.) avant le début d’un cycle. Il n’y a aucune excuse et il est inacceptable de ne pas procéder à une planification adéquate et d’acquérir toutes les quantités nécessaires de seringues, aiguilles et fournitures avant le début d’un cycle complet. Lorsque cela n’est pas garanti, c’est à ce moment que se produisent des pratiques dangereuses (réutilisation de seringues et d’aiguilles).

– Assurez-vous de disposer de toutes les fournitures nécessaires (seringues, épingles, tampons imbibés d’alcool, etc.) avant le début de la procédure d’injection.

– Inspectez et assurez-vous que toutes les seringues, épingles et tampons imbibés d’alcool sont hermétiquement fermés avant utilisation. Ces articles médicaux sont scellés hermétiquement pour assurer une stérilité complète. La rupture de tout emballage sous forme de déchirures, déchirures, perforations ou emballages ouverts présente un risque d’infection. Tous les articles dont le scellement hermétique a été violé de quelque manière que ce soit doivent être éliminés de manière appropriée et ne doivent être utilisés en aucune circonstance.

– Ne préchargez jamais les seringues avant une injection. Ceci est une pratique courante qui ne devrait jamais être faite, ne serait-ce que pour 2 à 3 minutes. Le préchargement des seringues est une pratique très dangereuse, car il existe des solvants et des co-solvants (tels que l’alcool benzylique et le benzoate de benzyle) dans la solution de stéroïde anabolisant qui rongera lentement le piston en plastique et en caoutchouc et les fera fondre chimiquement. Les personnes qui préchargent des seringues plus longtemps que 2 à 3 minutes risquent d’injecter des matières plastiques et des particules de caoutchouc toxiques qui se sont dissoutes dans la solution d’huile ou d’eau. Il en résulte un risque d’abcès infectieux ou stérile, associé à une multitude d’autres problèmes de santé à long terme résultant des particules de plastique et de caoutchouc injectées.

Types d’injections de stéroïdes :

Injections intraveineuses (IV) – Les stéroïdes anabolisants ne doivent pas être injectés de cette manière, quelles que soient les circonstances. Comme expliqué précédemment, les injections intraveineuses sont des injections directement dans une veine ou une artère. Cela se fait habituellement dans l’artère brachiale du bras ou dans l’artère radiale. Étant donné que les stéroïdes anabolisants doivent être injectés par voie intramusculaire, les injections intraveineuses ne seront pas couvertes ici du tout, à l’exception de leur mention mineure ici dans le but de distinguer les différents types d’injection.

Injections intramusculaires (IM) – C’est la méthode d’injection à laquelle les stéroïdes anabolisants sont destinés. Il s’agit d’une injection d’une huile (la plupart du temps) ou d’une préparation à base d’eau profondément dans les tissus musculaires afin de faciliter la libération régulière du site d’injection dans le sang par le biais des très petits capillaires et veines. C’est la méthode d’injection standard pour les stéroïdes anabolisants chez les utilisateurs de stéroïdes anabolisants, ainsi que dans les établissements médicaux. Les injections intramusculaires permettent généralement d’injecter beaucoup plus de volume de liquide dans le site que toute autre méthode. Différents muscles utilisés comme site d’injection peuvent tolérer plus de 4 à 5 ml d’huile ou d’eau. La plupart des muscles peuvent contenir confortablement 2 à 3 ml d’huile ou d’eau. IMPORTANT: les sites d’injection intramusculaire doivent faire l’objet d’une rotation afin de s’assurer qu’aucun muscle n’est injecté plus d’une fois tous les 7 à 14 jours.

Injections sous-cutanées (SQ) – Il s’agit d’une méthode d’injection qui consiste à injecter une solution (principalement) à base d’eau dans le tissu adipeux situé juste sous la peau. Les solutions à base d’huile peuvent être injectées ici aussi, mais cela n’est normalement pas recommandé. Les injections sous-cutanées sont principalement réservées à l’administration d’insuline, d’HGH (hormone de croissance humaine), d’HCG (Gonadotrophine chorionique humaine) et d’autres peptides. Les injections sous-cutanées sont principalement utilisées avec des substances à base d’eau et des substances nécessitant de très petites quantités (1 ml ou moins ou moins), car les sites d’injection sous-cutanés ne peuvent pas contenir facilement de grandes quantités. Les stéroïdes anabolisants à base d’eau ou à base d’huile peuvent en effet être injectés par voie sous-cutanée, mais les utilisateurs doivent veiller à ce que leurs injections sous-cutanées de stéroïdes impliquent beaucoup moins de volume de liquide que les sites d’injection intramusculaire. Des études ont démontré que les taux plasmatiques stables de stéroïdes anabolisants après administration sous-cutanée étaient aussi efficaces que les injections IM.

Différentes seringues, épingles et fournitures :

Diverses terminologies doivent d’abord être comprises par des personnes non familiarisées avec ces types de fournitures et d’équipements médicaux:

mL ou CC: mL est une abréviation pour millilitre et CC est une abréviation pour centimètre cube. Les deux termes signifient la même chose, les deux font référence à la même chose et sont les mêmes choses. 1 ml = 1 cc.

Jauge: La jauge se réfère à l’épaisseur de la broche, ou pourrait également être décrite comme la circonférence du tube qui est au centre de la broche. Cela signifie que plus le numéro de jauge est élevé, plus l’épingle est fine (et donc plus la circonférence du tube est petite). Par exemple, une épingle de 19 g est beaucoup plus épaisse qu’une épingle de 25 g, ce qui est beaucoup plus mince. La jauge ne fait pas référence à la longueur de la goupille.

Longueur: La longueur de la goupille correspond à sa longueur. Les deux tailles de goupille standard utilisées sont 1 ”et 1,5” (également appelées 1 et ½ ”). Il existe toutes sortes d’autres tailles, y compris des broches de ½ ”(0.5”), 5/8 ”(0.625”), etc.

Procédure d’injection intramusculaire (IM) :

Il est optimal pour une injection intramusculaire d’avoir en sa possession des seringues sans les embouts (aiguilles) déjà fixés. De préférence, les seringues hermétiquement scellées (fûts) doivent être séparées des pointes d’aiguilles hermétiquement scellées. Bien que l’on puisse facilement utiliser des seringues avec les embouts déjà fixés, cela est légèrement plus compliqué et ajoute une ou deux étapes supplémentaires au processus qui, autrement, ne seraient pas présentes. Ainsi, chaque individu doit s’assurer que la pointe de la seringue et celle de l’aiguille sont séparées. Voici une liste d’éléments requis pour les injections intramusculaires:

– Une seringue (5 ml ou 3 ml mais de préférence 3 ml).
– Une aiguille de 22 à 25 g qui mesure 1 à 1,5 po pour l’injection dans le corps. La longueur de l’aiguille (1 ”ou 1,5” dépend du muscle injecté – en général, 1,5 ”n’est utilisée que pour le site dorsoglutal, tandis que 1” est utilisée pour toutes les autres comme les quadriceps, les deltoïdes, etc.).
– Une aiguille de 19 à 21 g de toute longueur pour le retrait de la solution du flacon. En effet, une jauge plus grande facilitera un retrait plus facile et plus rapide de la fiole, alors que la jauge plus petite mentionnée ci-dessus a pour but une injection aussi indolore que possible.
– Deux tampons d’alcool à des fins de désinfection et de stérilité.
– Un pansement (ou une boule de coton avec un bandage en plastique).

Voici la procédure complète par étapes:

1. Lavez-vous soigneusement les mains avec du savon et de l’eau.

2. Inspectez tout le matériel médical à la recherche de déchirures, de perforations ou de défauts.

3. Ouvrez un tampon d’alcool et tamponnez le haut du flacon multidose en caoutchouc à retirer.

4. Ouvrir l’emballage de la seringue; retirez la seringue en prenant soin de ne pas toucher l’embout. Ne pas respirer ou souffler dessus.

5. Ouvrir le conditionnement de l’aiguille; retirez l’aiguille de 19 à 21 g en prenant soin de ne pas toucher à l’ouverture à visser sur la seringue. Ne pas respirer ou souffler à l’ouverture. Avec le capuchon toujours au-dessus de l’aiguille, commencez à visser l’aiguille sur la seringue.

Facultatif (En Cas D’Utilisation D’Ampoules) : si vous utilisez une ampoule à la place de flacons multidoses, nettoyez le haut de l’ampoule avec un coton imbibé d’alcool et coupez le haut de l’ampoule avec un ouvre-ampoule . Soigneusement dessiner la solution avec la seringue.

6. Avec le capuchon toujours au-dessus de l’aiguille, aspirez autant d’air que prévu dans la seringue (si vous retirez 1 ml de solution, retirez ensuite 1 ml d’air dans la seringue).

7. Retirez le capuchon de l’aiguille et plongez l’aiguille dans le bouchon en caoutchouc à un angle de 90 degrés, puis retournez le flacon à l’envers à un angle de 90 degrés. Poussez tout l’air. Ceci est fait pour que la pression dans la fiole scellée s’égale et que le retrait devienne beaucoup plus facile. Ensuite, retirez lentement la quantité de liquide souhaitée dans la seringue. Assurez-vous de garder l’aiguille à l’écart de toutes les surfaces à tout moment autre que pendant le retrait. Ne pas respirer ou souffler sur l’aiguille ou sur la surface du bouchon en caoutchouc.

8. Retirez l’aiguille du flacon, tapotez la seringue pour éliminer les bulles d’air en leur permettant de se déplacer vers le haut et en les repoussant (petites quantités d’air ne constituant pas un problème) et replacez le capuchon sur respirer sur l’aiguille ou brosser l’aiguille contre des surfaces autres que le capuchon.

9. Passez un tampon circulaire sur la zone à injecter avec un tampon imbibé d’alcool, en augmentant la taille du mouvement circulaire à mesure qu’il s’élargit. Attendez au moins 15 à 30 secondes pour que l’alcool s’évapore avant d’insérer l’aiguille (laissez suffisamment de temps à l’alcool pour assurer la stérilisation complète des bactéries à la surface).

10. Retirez la pointe de l’aiguille de 19 à 21 g. Deuxième emballage de l’aiguille ouverte; retirez l’aiguille de 22 à 25 g en prenant soin de ne pas toucher à l’ouverture à visser sur la seringue. Ne pas respirer ou souffler à l’ouverture. Avec le capuchon toujours au-dessus de l’aiguille, commencez à visser l’aiguille sur la seringue.

11. Retirez le capuchon de l’aiguille en veillant à ne pas respirer ou à ne pas brosser l’aiguille contre des surfaces autres que le capuchon.

12. De la main dominante, insérez et poussez l’aiguille dans le site d’injection ciblé à 90 degrés, dans un mouvement rapide mais régulier.

13. TRÈS IMPORTANT: aspirez en tirant sur le piston pour vous assurer qu’aucune artère ou veine n’a été touchée / entrée par l’aiguille. Si la seringue se remplit de sang, un vaisseau sanguin a été touché et l’injection doit être refaite (remplacez la tête par une nouvelle aiguille, nettoyez de nouveau le site d’injection, réinjectez et aspirez à nouveau).

14. Injectez lentement et régulièrement le liquide dans le muscle. Le plus lent, mieux c’est.

15. Retirez la seringue rapidement mais sûrement et placez le pansement ou la boule de coton avec du ruban adhésif sur le site d’injection pour éviter les saignements et les fuites.

Procédure d’injection sous-cutanée (SQ) :

Les injections sous-cutanées sont des injections dans le tissu adipeux sous la peau, généralement effectuées dans le tissu sous-cutané de la région abdominale.

Fournitures requises:

– Une seringue à insuline.
– Deux tampons d’alcool à des fins de désinfection et de stérilité.
– Un pansement (ou une boule de coton avec un bandage en plastique)

Voici la procédure complète par étapes:

1. Tamponnez le dessus du flacon multidose avec un tampon d’alcool. Attendez au moins 15 à 30 secondes pour que l’alcool s’évapore avant d’insérer l’aiguille (laissez suffisamment de temps à l’alcool pour assurer la stérilisation complète des bactéries à la surface).

2. Retirez le capuchon de l’aiguille en prenant soin de ne pas respirer ou de brosser l’aiguille contre une surface. Plongez l’aiguille dans le bouchon en caoutchouc à un angle de 90 degrés, retournez le flacon à 90 degrés et retirez la quantité de liquide souhaitée.

3. Tamponnez le site d’injection avec un tampon d’alcool. Attendez au moins 15 à 30 secondes pour que l’alcool s’évapore avant d’insérer l’aiguille (laissez suffisamment de temps à l’alcool pour assurer la stérilisation complète des bactéries à la surface).

4. Pincez la peau du site d’injection ciblé avec une main pour permettre un accès facile au tissu sous-cutané et insérez l’aiguille rapidement mais régulièrement dans la zone située à un angle de 45 degrés (léger angle) avec la peau afin de garantir le bon fonctionnement de l’aiguille. se trouve dans le tissu sous-cutané sous la peau et non dans aucun tissu musculaire.

5. Injectez le liquide lentement et régulièrement dans le tissu adipeux. Il n’ya pas besoin d’aspiration avec des injections sous-cutanées.

6. Retirez l’aiguille et relâchez la peau avec l’autre main.

7. Utilisez un pansement ou un coton-tige avec du ruban adhésif si nécessaire.

Derniers points importants et astuces sur les injections de stéroïdes :

– IMPORTANT: les sites d’injection intramusculaire doivent être pivotés afin de s’assurer qu’aucun muscle n’est injecté plus d’une fois tous les 7 à 14 jours.

– Veillez à ce que l’alcool s’évapore au moins 15 à 30 secondes après le frottis avant d’insérer l’aiguille (il faut laisser à l’alcool suffisamment de temps pour assurer la stérilisation complète des bactéries à la surface ainsi que l’évaporation de l’alcool).

– Veillez à ne jamais laisser la pointe de l’aiguille exposée toucher les surfaces, respirer ou être soufflée. La même chose est dite pour le dessus du bouchon en caoutchouc sur un flacon à doses multiples – ne touchez pas, ne soufflez pas et ne respirez pas sur le bouchon en caoutchouc après avoir été tamponné avec de l’alcool. La même règle s’applique au site d’injection.

– Méthode Z-track optionnelle en cas d’injection intramusculaire: avant d’insérer l’aiguille dans le site d’injection, étirer avec la main libre la peau autour du site d’injection (et non sur le site d’injection) sur le côté d’environ deux centimètres . Ensuite, plongez l’aiguille dans le site d’injection comme d’habitude. Une fois l’injection terminée, retirez l’aiguille et relâchez la peau de l’autre main pour permettre à la peau de reculer. Cela a pour but de s’assurer que le passage créé par l’aiguille sera fermé après l’injection et d’éviter toute fuite éventuelle du liquide injecté s’il n’était pas injecté suffisamment profondément dans le tissu musculaire.

– Cela pourrait aider certaines personnes à réchauffer le flacon pendant quelques minutes afin de permettre aux huiles de devenir plus fines et plus fluides.

– La douleur post-injection (PIP) sous la forme d’une douleur sourde pendant les jours suivant l’injection est normale. Cette douleur devrait éventuellement disparaître, et le temps que cela prendra dépendra de nombreux facteurs. La gravité de la PIP peut dépendre du type d’huile utilisée dans le produit, de sa concentration, des solvants utilisés, des co-solvants utilisés, des stérilisateurs dans le produit et, plus important encore, de la réaction du corps et des réactions au liquide de l’individu. lui-même. Si la douleur du site d’injection du lendemain est associée à une rougeur très chaude au toucher, une sensibilité au toucher, une fièvre accompagnée de fièvre, ce sont tous des signes d’infection et la personne doit consulter immédiatement un médecin.

– Les bosses et les bosses associées à la PIP sont normales et devraient s’atténuer avec le temps. Des massages supplémentaires et / ou une application de chaleur profonde pourraient aider.

Affichage des produits 1–30 sur 240

Affichage des produits 1–30 sur 240